Lancement CS5

12 04 2010

Aujourd’hui à 17h, heure parisienne, Adobe lance la dernière version de la Creative Suite!!! C’est un lancement mondial en ligne, puis nous organiserons plusieurs événement physique. Les développeurs de RIAs attendent avec impatience la sortie de Flash Catalyst, et de la nouvelle version de Flash Pro. Je ferai un point sur les nouveautés de ces deux produits cette semaine.

Pour revenir sur la nouvelle crise « Adobe Apple » créée la semaine passée par le changement de politique de l’iPhone SDK, la situation est à la fois simple et complexe. Apple en changeant sa politique indique que seuls les développements réalisés avec leurs outils seront validés par Apple (pour résumer). Toute application iPhone réalisée avec l’iPhone Packager d’Adobe, ou par Unity, ou encore le projet MonoTouch seront « illégaux ». Adobe étudie encore le texte avec des juristes pour comprendre si l’iPhone Packager est totalement remis en cause ou non (ce qui serait vraiment dommage car pour l’avoir testé, il est vraiment très performant). La décision d’Apple n’est pas motivée par un simple refus de Flash sur leurs devices. Au delà de la philosophie d’ouverture par rapport à la communauté de développeurs (Flash et autres), c’est un choix qui va impacter toute l’industrie mobile. Les autres constructeurs doivent rapidement sortir des mobiles qui proposent le même niveau d’expérience que les appareils d’Apple, avec un accès simple à des applications. Rassurez vous, ces appareils vont arriver très très rapidement sur le marché, et les constructeurs sont tous en relation avec Adobe pour proposer la meilleure expérience possible avec Flash et AIR. La position dominante d’Apple sur le marché des smartphones peut autoriser stratégiquement leur décision de fermer leur plateforme. Elle incite les grands acteurs et les éditeurs de contenu à investir en priorité sur leurs plateformes, plutôt que d’investir dans une solution qui proposerait un seul code pour plusieurs écrans… et du coup ralentir l’adoption d’autres appareils concurrents. Pour avoir découvert des appareils qui sortiront cette année, je suis serein. Il sera intéressant de refaire un point à la fin de l’année.

L’iPhone packager n’est qu’une des nombreuses nouveautés de la Creative Suite 5. Je pense que ce soir, vous allez tous être surpris par les nouveautés de la CS. De nombreuses vidéos seront postées en ligne pour les découvrir (dès demain je pense).





Adobe et HP: tout le web

9 03 2010

J’ai posté un article sur le fait que la tablette d’Apple n’embarquera pas Flash (et encore moins AIR). Adobe va prochainement sortir un iPhone Packager qui permettra de convertir vos applications Flash en applications natives pour les appareils Apple, et les proposer sur l’Apple Store. D’autres acteurs comme HP ont choisi de travailler avec nous pour optimiser le Flash Player et le runtime Adobe AIR sur un appareil qui sera bientôt disponible dans le commerce, et qui est basé sur windows 7. Le fait d’embarquer le Flash Player dans le navigateur de ce device garantit une expérience totale de navigation sur le web (car 80% des jeux sont en Flash, 75% des videos sont en Flash, et 85% du top100 des sites web utilisent du Flash). En exclusivité, Adobe présente la HP Slate !!! J’en veux une SVP!!! Retrouvez la vidéo de démonstration sur cette page, ainsi que les autres devices de NVIDIA, de Dell et les mobiles: http://www.adobe.com/devnet/devices/demos/





Adobe répond à Apple

2 02 2010

Photo vue sur http://www.thebluelego.com/, par Marky Hladish

Kevin Lynch, CTO d’Adobe, et grand visionnaire de la Flash Platform vient de répondre sur le blog d’Adobe aux différentes attaques subies par Flash ces derniers jours. Rappel des faits en trois mots: Lancement de l’iPad avec pendant la conférence un exemple de site où le logo bleu apparait pour illustrer l’absence de Flash sur la tablette, propos de Steve Jobs rapportés dans la presse où il traite Adobe de fainéant (lazy) et annonce la mort prochaine de Flash « car tout le monde veut du HTML5 », déferlante de haine sur différents blogs à l’égard de Flash (animée en fait par un noyau de rédacteurs – nous avons constaté sur nos propres blogs que les différents commentaires viennent des mêmes adresses IP).

Même si la réponse peut paraitre un peu sage à la première lecture, elle est assez directe quand on s’y attarde et qu’on rentre dans les détails du post. Evidemment, j’imaginais mal Kevin répondre avec une phrase dans la veine de « Adobe is Lazy »… Il est temps de stopper le match de football.

Voici quelques remarques tirées de cette réponse que je me permets de traduire en français à l’arrache (le post d’origine est ici):

« Certaines personnes ont été surprises par l’absence de Flash sur des devices qui viennent d’être annoncés. L’ironie du sort veut que Flash a été à l’origine conçu pour des tablet-PCs il y a environ 15 ans. Si Flash existe encore aujourd’hui, c’est parce qu’il a suivi des routes alternatives en proposant une solution sur le web pour diffuser des graphiques vectoriels sans consommer trop de bande passante, puis en rajoutant des fonctionnalités qui ont remporté un fort succès comme l’animation, le streaming audio, les interactions riches, le choix de polices d’affichage, la communication audio/video bidirectionnelle, le stockage en local et la révolution de la vidéo en ligne.

En augmentant les capacités de base du HTML, Flash a connu une incroyable adoption, avec plus de 85% des sites les plus visités au monde qui affichent du contenu Flash, et le Flash player qui est présent sur plus de 98% des ordinateurs connectés à Internet. Il est utilisé en majorité pour les jeux en ligne, la vidéo, l’animation en ligne et par de grandes marques comme Nike, Hulu, la BBC, la MLB, etc… qui font confiance à Flash pour atteindre plus d’un milliard de personnes dans le monde.

Aujourd’hui, nous vivons un moment crucial pour Flash. Une grande variété de devices au-délà du simple PC arrivent sur le marché, avec différentes façons de naviguer sur le web, ce qui augmente considérablement les attentes par rapport à Flash (et les performances sur ces devices). Nous allons prochainement lancer le Flash PLayer 10.1 pour smartphones conjointement avec les plus grands constructeurs. Cela inclut Google (Android), Blackberry (RIM), Nokia, Palm et beaucoup d’autres constructeurs pour des tablettes, des netbooks, et des TVs interactives. Le fait d’intégrer Flash dans les navigateurs de ces appareils vont permettre de vraiment donner accès à tout le web. Cette mission est accomplie grâce à l’Open Screen Project, une fondation créée par Adobe et qui nous permet de travailler avec plus de 50 partenaires. Par exemple, le Nexus One de Google va fournir une excellente expérience en embarquant Flash Player 10.1 dans le navigateur.

Donc, pourquoi Flash n’est pas présent sur les devices d’Apple ? Nous avons déjà prouvé que Flash fait sens sur ces environnements en permettant le développement d’applications pour l’iPhone, développée en Flash. En fait, certaines de ces applications sont déjà sur l’Apple Store comme FickleBlox et Chroma Circuit. Cette même technologie fonctionnera aussi pour l’iPad. Nous sommes prêts à lancer le Flash Player dans le navigateur de l’iPhone dès qu’Apple décidera de laisser ce choix à ses utilisateurs, mais jusqu’à aujourd’hui, Apple n’a pas coopéré avec nos équipes pour nous permettre un tel développement.

Sur le long terme, certains pensent qu’HTML va supplanter le besoin de Flash, particulièrement depuis les récents développements qui arrivent en HTML version 5. Je n’imagine pas une technologie remplacer l’autre, certainement pas aujourd’hui, ni même dans le futur.

Adobe supporte le HTML et ses évolutions, et nous avons toujours veillé à rajouter des fonctionnalités autour d’HTML au fur et à mesure de ses évolutions. Si HTML pouvait faire de façon certaine tout ce que Flash sait faire, cela nous aurait certainement fait économiser beaucoup d’énergie, mais il ne semble pas que cela soit le cas. Même dans le cas de la lecture de vidéo, Flash permet la lecture de 75% des vidéos sur le web aujourd’hui, les implémentations futures de la vidéo en HTML ne sont toujours pas standardisées dans un format commun entre navigateurs, et les utilisateurs comme les producteurs de contenus risquent de revenir aux temps sombres de la vidéo sur le web avec des problèmes de compatibilité.

La productivité et la richesse de Flash restent des avantages pour la communauté web, malgré les avancées d’HTML. La Flash team continuera d’innover pendant les prochaines années, comme elle l’a fait depuis plus de 10 ans, pour permettre la mise en ligne d’expériences uniques. Avec la capacité unique de mettre à jour la majorité des clients Web en moins d’une année, Flash rend possible l’innovation sur le web pour atteindre un maximum d’utilisateurs sans se soucier des incompatibilités HTML à travers les navigateurs.

(…) Flash et HTML sont meilleurs lorsqu’ils cohabitent, pour laisser un choix pragmatique quant à l’usage de la meilleure technologie en fonction des forces de chacune et pour offrir la meilleure expérience sur le web.(…) »

C’était donc la réponse officielle de Kevin Lynch. Je dois vous avouer que le coup du « Adobe is lazy » nous a un peu secoué en interne. Même s’il s’agissait de propos rapportés lors d’une réunion interne d’Apple, et que du coup j’imagine des propos un peu fort de Steve Jobs pour motiver ses équipes, il n’y a eu ensuite aucun démenti ni début d’excuses. Apple est en train de créer un modèle ultra-contrôlé, où l’utilisateur n’a pas un accès libre au contenu en ligne (contrôle de l’expérience web, contrôle DRM propriétaire sur les eBooks dans l’iPad, etc…).  C’est un choix stratégique qui peut se comprendre d’un point de vue business. Par contre, traiter de « lazy » un éditeur comme Adobe, qui a clairement contribué à l’innovation sur Internet, tout en faisant tout pour bloquer le développement d’une version optimisée du Flash Player sur leur plateforme… c’est franchement nul. Apple doit assumer sa stratégie de cacher jusqu’à la dernière seconde (puis parfois après le lancement), le fonctionnement des couches basses de ses OS. Nos équipes coopèrent dix fois mieux avec Microsoft par exemple pour le portage de Flash sur leurs OS PCs comme Mobile. J’espère que le dialogue va reprendre. En attendant, préparez-vous à de belles démos lors du World Mobile Congress mi-Février: Le Flash Player 10.1 sera une des stars de l’événement et tournera sur des tablettes, des mobiles, des TV interactives, etc…





ECMAScript: un bond en arrière

20 08 2008

Le comité ECMAScript vient de décider de stopper les travaux sur la version 4 d’ECMAScript pour se concentrer sur l’ECMAScript 3.1 (mise à jour du JavaScript actuel). Depuis plusieurs années, Macromedia puis Adobe ont énormément travaillé avec le comité pour définir et faire évoluer cette norme. Les différentes actions et innovations pour améliorer la puissance de calcul et la rigueur dans le coding côté client ont amené Adobe à caler l’ActionScript 3 aux spécifications de la norme ECMAScript 4, de rendre Open Source la machine virtuelle (projet Tamarin chez Mozilla) et de continuer à faire évoluer la norme. Les standards figent des spécifications mais ne sont pas des moteurs d’innovation. On peut donc regretter ce recul du comité approuvé par MicroSoft, Apple, Yahoo et DOJO. La blogoshère tend à accuser ces gros acteurs de vouloir freiner la montée en puissance de Tamarin et de l’AS3. Je pense que le problème est plus complexe et que de nombreux développeurs JavaScript/web ne souhaitaient pas voir leur langage trop se complexifier pour tendre fortement vers Java (le même fossé que nous connaissons entre un développeur AS2 et un développeur AS3).

Mais peu importe la raison qui a motivé cette décision, il faut aujourd’hui analyser l’impact que cela aura sur le langage AS3. En fait, cette annonce n’aura aucun effet sur le langage et Adobe ne compte pas faire régresser sa syntaxe (packages, namespaces, etc…). Le fait que l’AS3 ne corresponde plus officiellement à un standard n’aura à mon avis aucun impact sur la communauté de développeurs. Si l’on se projette quelques années en arrière, Java n’était ni standard, ni open source, mais ce langage a su convaincre un public de développeurs passionnés grâce à sa puissance et ses innovations.

A l’opposé, je sais que l’équipe de développement du langage continuera de tenir compte des évolutions de l’ECMAScript et restera très attentive. Mais un standard est aussi un canvas limité, et le langage AS3 a du parfois se contraindre pour éviter de sortir du standard (overload natif, static class…). J’espère donc qu’Adobe fera évoluer de façon encore plus vive le langage pour qu’il réponde aux demandes des développeurs objets exigeants (et habitués à des POO en Java par exemple) mais aussi aux designers un peu oubliés avec la sortie de l’AS3. Le langage va aller de l’avant et c’est au final une bonne nouvelle, qui a suscité des posts très vifs sur le web… j’espère que vous serez calmes et sages sur mon blog.