Flash Player, Google Nexus One et la batterie

25 02 2010

La vidéo tournée par Thibault et moi-même a rencontré un vif succès (plus de 30000 vues en trois jours). De quoi énerver ceux qui ne souhaitent pas la présence de Flash sur mobiles, et qui du coup ont lancé un débat sur la consommation de la batterie. Le fait que l’icône de batterie change pendant notre présentation (qui en plus est un montage), a déclenché une vague de propagande anti Flash Player. Mais là, malheureusement pour eux, nous sommes très à l’aise sur le sujet. Le Flash Player 10.1 a justement été optimisé pour ne consommer que très peu de batterie, et lors d’un usage classique (regarder un site, une vidéo, jouer à un jeu…), les performances sont excellentes. Mon ami Mark a effectué un premier test de performances hier: http://www.flashmobileblog.com/2010/02/24/battery-performance-with-flash-player-10-1-on-nexus-one/

J’ai fait de même et nous arrivons aux mêmes conclusions: je suis capable de jouer en continu, sans faire baisser l’intensité lumineuse de l’écran, plus de quatre heures de vidéo sur Adobe TV, jouer à un jeu en continu pendant cinq heures, etc… Je pense que même mon PC n’en n’est pas capable. Voici la vidéo de mon laboratoire de test. Merci pour tous vos messages d’encouragement sur mon jeu d’acteur qui fait frémir Hollywood. Vous allez désormais découvrir mon style de réalisation proche de Lars Von Trier:

J’en profite aussi pour faire la promo du white paper écrit par Thibault sur l’optimisation des développements Flash pour mobiles:

http://help.adobe.com/en_US/as3/mobile/index.html

Publicités




Flash Player 10.1 et Nexus One, part II

23 02 2010

Merci pour vos commentaires sur la vidéo que Thibault et moi avons tournée pour démontrer les capacités du Flash Player 10.1 sur le Google Nexus One. La vidéo a été vue plus de 18000 fois en moins de 48 heures. Dans le post sur ce blog, Laurent me demande de tester le Nexus One équipe de Flash sur une démo 3D: http://temp.roxik.com/datas/perform. Un défi est lancé !!!!!!

La réponse en images:





Flash et l’innovation sur écran tactile

23 02 2010

Le Flash Player 10.1 propose une API pour gérer les événements multi-touch. Les écrans multi-touch sur mobiles, PCs ou bornes, vont créer de nouveaux usages et codes de navigation. Je me suis intéressé à deux projets qui sont réalisés en Flash, et en « Simple Touch ». Lorsque l’on ne dispose que d’un doigt, il faut aussi savoir innover pour proposer une expérience efficace. C’est ce qu’a réussi SQLi en remportant le concours organisé par la SNCF pour repenser la borne de billeterie. L’interface imaginée par l’agence SQLi s’appelle « Révolution » et consiste à progresser dans des cercles qui pivotent. Pour l’avoir testé sur un écran multitouch (celui d’HP), c’est très efficace et intuitif. La SNCF l’a aussi testée en Gare de Lyon pour récolter des retours d’usagers, et la borne a remporté tous les suffrages.

Autre expérience disruptive, la version électronique du magazine WIRED. C’est un magazine américain très visuel et reconnu comme étant un des plus branchés. Adobe et WIRED ont tenté d’imaginer l’expérience de navigation et de consultation d’une version électronique du magazine sur une tablette comme celle d’Apple. La version électronique réalisée en Flash est vraiment engageante.





Démo: Flash Player sur Google Phone

22 02 2010

J’ai la chance d’avoir reçu un Google Phone Nexus One avec le Flash Player 10.1 embarqué dans son navigateur. Thibault Imbert et moi-même sommes impressionnés par les performances du player, et nous avons décidé de le challenger un peu en lançant:

– des jeux de Yamago, dont Extreme Snowboard et Paintball shooter.
– le site revafrance réalisé par Soleil noir
– le site Deezer pour lire de la musique
– Le player de Canal Plus pour lire le SAV d’Omar et Fred
– Un site en 3D ecodazoo

Vous verrez que juste pour notre introduction, on a suivi une trentaine de cours à l’Actor Studio. C’est édifiant. Blague à part, les performances sont vraiment excellentes. C’est la première fois que j’ai dans les mains un mobile qui propose une vraie expérience de navigation avec Flash. Il s’agit bien du Flash Player 10.1, une version optimisée pour les environnements mobiles qui propose toutes les fonctionnalités du player présent sur vos PCs. Ce n’est pas du « Flash Lite », une version dégradée du Flash Player. D’autres vidéos de démo du Flash Player sur Nexus One:

http://blogs.adobe.com/conversations/2010/01/googles_nexus_one_will_have_fl.html
–  Lee Brimelow: http://theflashblog.com/?p=1781
– James Ward: http://www.jamesward.com/2010/02/17/flex-apps-on-mobile-devices/





Mes slides sur Acrobat Connect Pro 7.5

18 02 2010

Hier, j’ai présenté les nouveautés de la version 7.5 d’Acrobat Connect Pro. C’est une RIA clef en main de WebConferencing, entièrement basée sur Flash, qui permet le chat, le partage d’écran, la prise de main à distance, le partage de documents, affichage de webcams, son en VoIP, etc… Les présentations Powerpoint sont automatiquement converties en Flash, désormais on peut faire de même avec des fichiers PDF (et donc convertir tout type de document en PDF avant transmission dans la salle de conférence). J’ai aussi présenté le nouveau module Universal Voice (basé sur la Flash Media Gateway), qui communique avec le protocole SIP pour diffuser dans Flash le son issu d’une salle de conférence téléphonique. J’ai aussi dévoilé la version mobile d’Acrobat Connect Pro, qui sera bientôt disponible sur iPhone (entre autres). Comment l’iPhone peutil communiquer avec une application Flash ? Grâce une fois de plus l’usage de l’iPhone Packager, ce nouvel outil qui sort au printemps 2010, qui autorise la conversion d’applications Flash en application native iPhone. Les performances sont excellentes: zone de partage de documents ou d’écran synchronisé, zone de chat, et même visualisation vidéo de la webcam du speaker.

Vous pouvez tester gratuitement Acrobat Connect Pro ici: Version d’évaluation gratuite

Voici le lien vers mes slides: https://acrobat.com/#d=5xsV4Og1bbqa2mHc*k1XkA

Je vous conseille aussi d’essayer ConnectNow, c’est une version « light » en Flex de Connect Pro, disponible gratuitement sur www.acrobat.com et jusqu’à trois personnes dans la salle.





Adobe AIR sur mobile

15 02 2010

Adobe a annoncé ce matin au Mobile World Congress de Barcelone l’arrivée du runtime Adobe AIR sur environnements mobiles. Plusieurs démonstrations sont visibles sur le stand, mais aussi en ligne grâce à des vidéos pré-enregistrées sur différents devices: http://www.adobe.com/devnet/devices/demos/

Le premier environnement supporté sera Android qui pourra tiré profit de la richesse du Flash Player 10.1. Les performances du player sur le Nexus One sont excellentes, je le teste depuis quelques jours et mes applications Flex 4 fonctionnent (alors que le framework n’est pas encore optimisé pour un usage sur mobile). Des APIs pour gérer le multi-touch, la reconnaissance de gestes, l’accéléromètre, le GPS et la rotation de l’écran seront bien entendu accessibles.

Comme sur PCs, on parlera de Flash Player 10.1 dès qu’une application Flash s’exécutera dans le navigateur du smartphone, et d’application AIR dès que cela sera une application native, plein écran, comme sur iPhone. Microsoft a annoncé Windows Mobile 7. Nos équipes travaillent avec celles de Microsoft et le Flash Player 10.1 sera aussi disponible sur cette plateforme; pas à la sortie du premier device WM7, mais très peu de temps après. Il sera aussi disponible sur Blackberry, Palm WebOS, Nokia, etc… Pour l’instant, seul l’iPhone se démarque et il vous faudra utiliser le iPhone Packager pour transformer vos applications Flash en applications natives iPhone.

D’autres devices sont en démonstration sur le stand, dont la surprenantes tablette de Dell (Mini 5), le Nexus One de Google, le HTC HD2, etc… Le Mobile World Congress reste le plus gros événement pour la marché de la mobilité et Adobe assume une très forte visibilité cette année. Découvrez grâce à Serge quelques photos du stand Adobe.





Adobe répond à Apple

2 02 2010

Photo vue sur http://www.thebluelego.com/, par Marky Hladish

Kevin Lynch, CTO d’Adobe, et grand visionnaire de la Flash Platform vient de répondre sur le blog d’Adobe aux différentes attaques subies par Flash ces derniers jours. Rappel des faits en trois mots: Lancement de l’iPad avec pendant la conférence un exemple de site où le logo bleu apparait pour illustrer l’absence de Flash sur la tablette, propos de Steve Jobs rapportés dans la presse où il traite Adobe de fainéant (lazy) et annonce la mort prochaine de Flash « car tout le monde veut du HTML5 », déferlante de haine sur différents blogs à l’égard de Flash (animée en fait par un noyau de rédacteurs – nous avons constaté sur nos propres blogs que les différents commentaires viennent des mêmes adresses IP).

Même si la réponse peut paraitre un peu sage à la première lecture, elle est assez directe quand on s’y attarde et qu’on rentre dans les détails du post. Evidemment, j’imaginais mal Kevin répondre avec une phrase dans la veine de « Adobe is Lazy »… Il est temps de stopper le match de football.

Voici quelques remarques tirées de cette réponse que je me permets de traduire en français à l’arrache (le post d’origine est ici):

« Certaines personnes ont été surprises par l’absence de Flash sur des devices qui viennent d’être annoncés. L’ironie du sort veut que Flash a été à l’origine conçu pour des tablet-PCs il y a environ 15 ans. Si Flash existe encore aujourd’hui, c’est parce qu’il a suivi des routes alternatives en proposant une solution sur le web pour diffuser des graphiques vectoriels sans consommer trop de bande passante, puis en rajoutant des fonctionnalités qui ont remporté un fort succès comme l’animation, le streaming audio, les interactions riches, le choix de polices d’affichage, la communication audio/video bidirectionnelle, le stockage en local et la révolution de la vidéo en ligne.

En augmentant les capacités de base du HTML, Flash a connu une incroyable adoption, avec plus de 85% des sites les plus visités au monde qui affichent du contenu Flash, et le Flash player qui est présent sur plus de 98% des ordinateurs connectés à Internet. Il est utilisé en majorité pour les jeux en ligne, la vidéo, l’animation en ligne et par de grandes marques comme Nike, Hulu, la BBC, la MLB, etc… qui font confiance à Flash pour atteindre plus d’un milliard de personnes dans le monde.

Aujourd’hui, nous vivons un moment crucial pour Flash. Une grande variété de devices au-délà du simple PC arrivent sur le marché, avec différentes façons de naviguer sur le web, ce qui augmente considérablement les attentes par rapport à Flash (et les performances sur ces devices). Nous allons prochainement lancer le Flash PLayer 10.1 pour smartphones conjointement avec les plus grands constructeurs. Cela inclut Google (Android), Blackberry (RIM), Nokia, Palm et beaucoup d’autres constructeurs pour des tablettes, des netbooks, et des TVs interactives. Le fait d’intégrer Flash dans les navigateurs de ces appareils vont permettre de vraiment donner accès à tout le web. Cette mission est accomplie grâce à l’Open Screen Project, une fondation créée par Adobe et qui nous permet de travailler avec plus de 50 partenaires. Par exemple, le Nexus One de Google va fournir une excellente expérience en embarquant Flash Player 10.1 dans le navigateur.

Donc, pourquoi Flash n’est pas présent sur les devices d’Apple ? Nous avons déjà prouvé que Flash fait sens sur ces environnements en permettant le développement d’applications pour l’iPhone, développée en Flash. En fait, certaines de ces applications sont déjà sur l’Apple Store comme FickleBlox et Chroma Circuit. Cette même technologie fonctionnera aussi pour l’iPad. Nous sommes prêts à lancer le Flash Player dans le navigateur de l’iPhone dès qu’Apple décidera de laisser ce choix à ses utilisateurs, mais jusqu’à aujourd’hui, Apple n’a pas coopéré avec nos équipes pour nous permettre un tel développement.

Sur le long terme, certains pensent qu’HTML va supplanter le besoin de Flash, particulièrement depuis les récents développements qui arrivent en HTML version 5. Je n’imagine pas une technologie remplacer l’autre, certainement pas aujourd’hui, ni même dans le futur.

Adobe supporte le HTML et ses évolutions, et nous avons toujours veillé à rajouter des fonctionnalités autour d’HTML au fur et à mesure de ses évolutions. Si HTML pouvait faire de façon certaine tout ce que Flash sait faire, cela nous aurait certainement fait économiser beaucoup d’énergie, mais il ne semble pas que cela soit le cas. Même dans le cas de la lecture de vidéo, Flash permet la lecture de 75% des vidéos sur le web aujourd’hui, les implémentations futures de la vidéo en HTML ne sont toujours pas standardisées dans un format commun entre navigateurs, et les utilisateurs comme les producteurs de contenus risquent de revenir aux temps sombres de la vidéo sur le web avec des problèmes de compatibilité.

La productivité et la richesse de Flash restent des avantages pour la communauté web, malgré les avancées d’HTML. La Flash team continuera d’innover pendant les prochaines années, comme elle l’a fait depuis plus de 10 ans, pour permettre la mise en ligne d’expériences uniques. Avec la capacité unique de mettre à jour la majorité des clients Web en moins d’une année, Flash rend possible l’innovation sur le web pour atteindre un maximum d’utilisateurs sans se soucier des incompatibilités HTML à travers les navigateurs.

(…) Flash et HTML sont meilleurs lorsqu’ils cohabitent, pour laisser un choix pragmatique quant à l’usage de la meilleure technologie en fonction des forces de chacune et pour offrir la meilleure expérience sur le web.(…) »

C’était donc la réponse officielle de Kevin Lynch. Je dois vous avouer que le coup du « Adobe is lazy » nous a un peu secoué en interne. Même s’il s’agissait de propos rapportés lors d’une réunion interne d’Apple, et que du coup j’imagine des propos un peu fort de Steve Jobs pour motiver ses équipes, il n’y a eu ensuite aucun démenti ni début d’excuses. Apple est en train de créer un modèle ultra-contrôlé, où l’utilisateur n’a pas un accès libre au contenu en ligne (contrôle de l’expérience web, contrôle DRM propriétaire sur les eBooks dans l’iPad, etc…).  C’est un choix stratégique qui peut se comprendre d’un point de vue business. Par contre, traiter de « lazy » un éditeur comme Adobe, qui a clairement contribué à l’innovation sur Internet, tout en faisant tout pour bloquer le développement d’une version optimisée du Flash Player sur leur plateforme… c’est franchement nul. Apple doit assumer sa stratégie de cacher jusqu’à la dernière seconde (puis parfois après le lancement), le fonctionnement des couches basses de ses OS. Nos équipes coopèrent dix fois mieux avec Microsoft par exemple pour le portage de Flash sur leurs OS PCs comme Mobile. J’espère que le dialogue va reprendre. En attendant, préparez-vous à de belles démos lors du World Mobile Congress mi-Février: Le Flash Player 10.1 sera une des stars de l’événement et tournera sur des tablettes, des mobiles, des TV interactives, etc…