iPad, Adobe, iPadrino…

29 01 2010

Ca y est! La tablette Adobe Apple est enfin disponible! Je vous livre ce scoop, elle s’appelle l’iPad… Léger scoop alors: Je n’ai jamais vu un événement aussi couvert en ligne et sur Twitter. C’était juste excellent. J’ai suivi la conf sur Gizmodo, avec des photos et des commentaires postés en live, plus le son (d’un téléphone du public) transmis en direct sur une web radio. Une fois de plus, quelle présentation de lancement! Steve Jobs reste la maitre absolu, il Padrino.

Maintenant, parlons du produit. Personnellement, j’imagine mal transporter l’iPad avec moi tous les jours. Je l’imagine plus comme point d’accès chez soi, une tablette par foyer, pour lire, regarder des films, consulter à l’occasion ses emails, etc… La version 3G qu’ils comptent sortir a peu de sens, mais attendons de voir les usages proposés.

Sans surprise, le Flash Player n’est pas présent dans le navigateur Safari de l’iPad. Les expériences riches passeront donc nécessairement par l’Apple Store… et les utilisateurs de l’iPad seront privés de 70% des jeux web, 75% des vidéos en ligne et de tous les sites qui ont du contenu Flash (soit 85% du top 100 des sites web). L’excuse technique ne tient plus… et encore moins depuis qu’Adobe a dévoilé le Flash Player 10.1 optimisé pour les environnements mobiles. Dommage donc, mais je ne suis pas surpris. J’ai pu lire sur la toile que c’était pour assurer la promotion de HTML5, mais cette optique n’est pas réaliste. Je rappelle que l’iPad sera dans le commerce dans deux mois, et que le web ne sera en HTML5 cet été… Sur ce sujet, je vous conseille cet excellent post de John.Mais soit, nous comprenons tous pourquoi Apple tient à conserver la maitrise de sa plateforme et le passage par l’Apple Store. Au delà de l’aspect business, cela assure un contrôle des flux, de la bande passante consommée, de l’expérience validée par les équipes Apple pour toute application riche. Nous ne vivrons donc pas l’expérience « ultime » de navigation sur le web comme l’illustre Lee sur son blog qui m’a beaucoup fait rire: http://theflashblog.com/?p=1703

Autre point qui m’a déçu (outre l’absence de webcam), c’est la politique de DRM appliquée sur les livres. Les utilisateurs ne pourront pas accéder aux ePublications qu’ils achètent depuis tous leurs devices, où sur la plateforme de leur choix. Par contre, le fait de supporter le standard ePub est une excellente nouvelle. Adobe a contribué à la création de ce standard, et des produits comme InDesign permettent d’exporter ses publications au format ePub. Je pense qu’Apple avec l’iPad tente avant tout de lancer pour de bon le marché du livre électronique: le format de la tablette est plus proche de l’A4 que d’un lecteur de vidéo en widescreen, toute l’interface a été pensée pour reprendre les métaphores du papier (navigation, gestion des contacts, calendrier, etc…) et Steve Jobs n’a pas caché sa volonté de faire mieux qu’Amazon sur le sujet. C’est le principal défi que devra relever l’iPad, après plusieurs tentatives ratées depuis 15 ans. Personnellement, c’est pour l’instant ma première motivation d’achat de l’iPad, le fait de centraliser mes lectures sur un appareil.

En conclusion, je dirai que c’est une fois de plus la grande victoire des interfaces riches. Si l’iPad est un succès, c’est avant tout pour récompenser l’énorme travail d’Apple effectué sur l’expérience d’installation d’applications, de paiement en un clic, de navigation, etc… Un succès sur la couche de présentation donc, plus que sur la couche de services. La communauté de designers et de développeurs Adobe est certainement la plus expérimentée sur le sujet. La bonne nouvelle est que le Packager pour iPhone qui va sortir au printemps avec la CS5, pour automatiquement exporter ses applications/jeux Flash en applications iPhone, va être adapté par nos équipes pour rapidement aussi exporter des applications pour l’iPad. D’ailleurs, si vous avez des idées d’applications que vous souhaitez publier sur l’Apple Store pour l’iPad, nous vous aiderons comme le précise Michael Chou à la fin de son post. Il révèle aussi que nous travaillons activement sur un framework qui facilitera le développement d’interfaces multi-screen. Un bon article sur le sujet vient d’être publié par Christian Cantrell.

J’ai hâte de tester l’iPad, et spécialement la librairie (même s’il semble qu’elle ne sera accessible qu’aux USA dans un premier temps). Je n’ai pas encore l’intime conviction que l’iPad remportera un succès aussi phénoménal que l’iPod ou l’iPhone, à moins qu’Apple ne remporte le pari de l’eBook. Et sur ce point, il faut faire confiance à Steve Jobs, iPadrino, qui nous propose une fois de plus un objet fascinant: « I’m going to make him an offer he cant’ refuse », ou plutôt « I’m going to launch a product you can’t live without ».





Flex à DAVOS pour le WEF

27 01 2010

J’ai la chance de représenter Adobe cette semaine à l’occasion du World Economic Forum à Davos. Adobe travaille depuis plusieurs mois avec le WEF, une organisation indépendante et internationale qui travaille à l’amélioration de l’économie mondiale. Cette organisation fête ses 40 ans et tente depuis plusieurs années d’offrir à ses membres un espace web social et collaboratif pour continuer pendant l’année les travaux initiés lors des conférences. Ce portail s’appelle WELCOM (World Economic Leaders Community) et sa dernière version, développée par Adobe, est une application Flex. C’est une application magnifique… et malheureusement, je n’ai pas encore l’autorisation de vous montrer des écrans ou des vidéos. Mais les membres de l’équipe vont préparer du contenu publique. Cette RIA permet de créer des communautés virtuelles, avec un espace public (news, publications, discussions), et privé pour avancer sur les débats initiés à Davos. A tout moment, une communauté peut initier la rédaction d’un nouveau document. WELCOM se base alors sur Buzzword, le traitement de texte d’Acrobat.com, pour que les participants rédigent et révisent en temps réel les publications. Une fois validées, elles sont converties en PDF et publier sur la zone publique de WELCOM. Autre outil mis à la disposition des membres de WELCOM: Acrobat Connect Pro. Le fait d’être membre de WELCOM leur donne accès à la plateforme de webConferencing d’Adobe pour démarrer une réunion en ligne, où qu’ils soient dans le monde. Ils peuvent alors échanger par webcam, chat, partager des documents, visionner des vidéos… et enregistrer ces entretiens en ligne.

L’application rencontre un vif succès, et en quelques jours, plusieurs milliers de demandes de connexions ont été effectuées entre les membres pour créer des communautés virtuelles. Le fait de développer une interface riche est ici essentiel car les utilisateurs sont tous les leaders économiques, souvent peu habitués aux outils informatiques, et qui du coup souhaitent évoluer dans une expérience efficace et intuitive. Nous effectuons aussi des tests d’usabilité sur le stand pour améliorer l’interface, mais les retours sont très positifs. C’est aussi une belle réussite technologique car l’interface est connectée à Sharepoint pour gérer les rôles des utilisateurs et l’archivage des publications, au moteur de recherche FAST et à des services métiers du WEF pour synchroniser les différentes activités sur le portail. Dès que je reçois des visuels publiques, je vous les communiquerai sur le blog.