Deux nouveaux composants Open source

21 07 2009

Flex iconAdobe publie aujourd’hui deux composants open source pour la communauté de développeurs ActionScript. Le premier est le Text Layout Framework, longtemps en beta sur le labs, qui profite du nouveau moteur de texte du Flash Player 10. Ce composant d’affichage de texte reflète toute l’expertise d’Adobe dans ce domaine. Je crois même que les équipes d’InDesign (outil de PAO) ont contribué au développement du composant! Le composant gère le texte bidirectionnel, le texte vertical, plus de 30 langues en écriture dont l’Arabe, le Chinois et l’Hébreu, le kerning, les ligatures, les raccourcis pour copier-coller-couper du texte, et une API très riche pour manipuler le contenu textuel. Un éditeur de texte riche est sur le labs pour tester les capacités du composant. Un bel exemple d’application AIR qui utilise déjà ce composant est le New York Times Reader.

Le second composant Open Source est le OS Media Framework. Anciennement appelé Strobe, ce composant est un lecteur avancé de vidéos. Cela va réduire la complexité de développement d’un lecteur de FLV. Le framework propose de gérer de la publicité, de la lecture avec du streaming dynamique, la gestion du buffering et des contrôles de navigation. Vivement les premiers exemples de lecteurs qui utilisent ce framework.





Quelle stratégie pour Sun JavaFX ?

8 07 2009

logojavafxHier soir, le ParisJUG (Java User Group) a réuni ses membres pour parler de RIA. Bien que jeune, ce JUG remporte un grand succès en termes d’audience et de qualité de présentations. François leDroff a présenté comment Flex et Spring communiquent. La présentation a été filmée et sera bientôt en ligne, je ne vais donc pas en parler dans ce post. La seconde présentation était réalisée par Simmon Ritter, évangéliste de Sun. Pour l’instant, les présentations JavaFX auxquelles j’avais assisté n’étaient données que par des consultants. C’était pour moi une première expérience des messages délivrées par « la Corp », la société Sun elle même… et j’avoue avoir été surpris par l’approche stratéqigue. Le post sur Flex et SilverLight vous a fait beaucoup réagir, je pense que celui-ci aussi.

JavaFX est un concurrent direct de Flex et SilverLight. L’approche est séduisante car JavaFX complète la plateforme Java pour faciliter la production d’interfaces riches. L’introduction de Simon rappelle efficacement les écueils rencontrés par la communauté Java pour produire rapidement des composants riches d’interface (Swing, Java2D…). Le point fort selon moi de cette technologie est la possibilité de réutiliser du code Java existant (notamment des librairies de calculs complexes, des filtres sur images, etc…).   Simon a ensuite détaillé plusieurs aspects du langage de script donc certaines bonnes idées comme le binding dynamique, la notion de lumière sur une forme vectorielle et la définition de trajectoires qui suivent un tracé vectoriel.

Sun a fait un choix délibéré et surprenant: le fait de simplifier au maximum le langage de script. JavaFX scripting langage est donc beaucoup proche de JavaScript que de Java. Il reprend aussi beaucoup de concepts de l’ActionScript 2 (Flash 8). Les exemples montrés à la fin par Simon sont une horloge vectorielle (cercles de couleurs par unité de temps), le flipbook (le fait de tourner des pages) et un exemple de communication avec une WiiMote par BlueTooth. Aucun exemple d’application au final! Surprenant. Les exemples montrés sont ceux qu’Adobe présentaient à l’époque de Flash 6. Voici un lien vers mon flip book préféré réalisé en ActionScript. Du coup, voici mes conclusions:

Je pense qu’en fait Sun ne souhaite pas convaincre son coeur historique et sa communauté Java, sinon Sun aurait repris le langage Java pour définir ces interfaces. Ce positionnement peux se justifier s’ils considèrent que les développeurs Java ne sont pas ceux qui ont le plus de sensibilité pour gérer le développement d’interfaces riches. Cela expliquerait les démos plus « effet waouh » pour séduire des développeurs plus habitués à des back-ends. Beaucoup découvraient hier la démo du flip book alors que ces exemples existent depuis plus de 5 ans sur le web. Je pense que Sun cherche à séduire la population des développeurs web qui ont peut de la complexité de Java et qui connaissent mieux JavaScript. Du coup, ils peuvent à moindre effort apprendre JavaFX et proposer des expériences plus riches. Sun communique aussi beaucoup sur sa volonté d’intégration avec les outils de la Creative Suite. Leur studio visuel a été présenté à JavaOne mais n’est pas encore disponible. Les premiers commentaires de Simon laissent à penser qu’il y aura une intégration assez fine avec Illustrator et Photoshop ce qui est une excellente nouvelle pour les designers web. Un peu comme SilverLight à ses débuts, JavaFX semble plus vouloir se positionner face à la technologie Flash. Là où Adobe a décidé de faire évoluer son langage de script ActionScript vers un langage proche de Java avec l’ActionScript 3, Sun choisit de le faire régresser vers du JavaScript (ou de l’ActionScript 2). Le positionnement est donc radicalement différent que celui proposé par Flex ou SilverLight. Bien que l’intégration à une plateforme Java homogène soit séduisante, JavaFX ne semble pas s’adresser directement aux développeurs Java d’Entreprise mais plus aux développeurs web. La conférence était riche en informations sur le langage et sur le positionnement de Sun. J’ai hâte de voir si le positionnement va évoluer l’année prochaine suite au rachat par Oracle.





Réalité augmentée et Flash

3 07 2009

J’ai présenté hier à l’USI cinq exemples de réalité augmentée réalisés avec la librairie AS3 FLARtoolkit. Une webcam, une feuille de papier, un Flash Player… et l’expérience peut commencer. Voici les liens des applications présentées hier:

  • GE: des éoliennes maginifiques, et si vous soufflez dans le micro, cela accélère le mouvement.
  • Living Sasquartch: Peut être le plus fun. Réalisez des chorégraphies et enregistrez une vidéo avec ce personnage.
  • TShirt: Un exemple pour tester des vêtements.
  • Démo MAX: Réalisé par un membre de la communauté.
  • Microsoft: Lancement de SQL Server 2008 🙂




Flex ou Silverlight ?

1 07 2009

Flex laptopJ’ai assisté aujourd’hui à une conférence sur Flex et Silverlight à l’USI 2009. Voici le rapport que j’ai rédigé pendant la conférence:

Les consultants d’Octo ont préparé une excellente présentation qui rapelle l’évolution des applications web pour finir sur une comparaison technologique. Ils ont comparé astucieusement l’évolution des applis web à celle de l’homme, en partant du singe (le HTML pur), en passant par le Web 1.x (en prenant pour exemples Voyages Sncf.com et les quelques widgets qui viennent assiter la saisie, et les langages de scripts comme PHP), par l’Homo Erectus et son modèle AJAX, puis par l’Homo Sapiens et son modèle RIA: la quatrième génération. Les speakers rappellent qu’avant, ce sont les développeurs qui dictaient leurs lois. Alors que la courbe d’expérience utilisateur ne cessent de croitre au fur et à mesure des générations, celle de l’expérience de développement est en dents de scie (régression avec AJAX).

La RIA conserve les avantages de deux univers: le client lourd (fluidité, vectoriel) et du web (applicatif sur le serveur, diffusion maximale). Pour le développeur, il se base sur un plug-in côté client (Flash Player ou Silverlight), la partie graphique n’est plus gérée par le serveur, et il adopte un modèle SOA. Les speakers citent aussi JavaFX et GWT mais n’y croient pas… (le pauvre framework GWT en a pris pour son grade :() Les consultants Octo cherchent ensuite à comparer Flex et Silverlight pour démontrer que dans l’approche, les deux modèles sont très similaires (code, IDE, composants, accès aux services distants…). Ces deux technologies sont industrialisables et matures.

Les plus de Silverlight: son IDE très performant, la capitalisation des connaissances .Net et la communauté .Net, la richesse du langage .Net.
Les plus de Flex: l’omniprésence du Flash Player, le multiplateforme, l’intégration naturelle avec la Creative Suite (bien vu!), un même code pour Flex et AIR, et enfin l’orientation Open Source: VM Flash, SDK, Blaze DS, AMF, RTMP…

Pour comparer les deux technos, les consultants ont évité d’afficher une grille de lecture, et ont préféré trouver des use cases pour les technos. Pour résumer, si vous êtes une entreprise avec une forte culture MSFT, avec des développeurs .NET, silverlight est le meilleur choix. Si vous êtes au contraire dans un contexte JAVA, avec une teinte Open Source, vous opterez pour Flex. Le choix est plus compliqué en environnement mixte… (même si sur le terrain je constate que Flex l’emporte pour son ouverture…). Les consultants précisent que Flex est conseillé pour toute application exposée vers l’extérieur du Firewall grâce au déploiement du Flash Player qui est unique. Autre analyse intéressante, si on part de zéro pour une RIA sur un intranet, ils conseillent Silverlight pour avoir le même code pour le client comme le serveur (et le même éditeur… solution unifiée).

Conclusion d’Octo: Il faut passer à la RIA, en Flex ou Silverlight mais pas en AJAX (sauf cas particulier, mais si on peut éviter c’est mieux).Les deux solutions sont matures et en fonction de votre contexte informatique, de vos développeurs, un choix s’imposera naturellement.

Mes remarques suite à la présentation: C’est la première fois que j’assiste à une présentation de ce type, et je dois avouer avoir été agréablement surpris par la bonne connaissance technologique d’Octo sur la plateforme Flash. L’analyse était bien construite, et les messages très clairs. J’ai adoré l’approche « le point de vue de l’utilisateur » face au « point de vue du développeur ». Seule critique, l’analyse était très teintée « analyse technique ». Les apports de la RIA en termes d’UX pour une entreprise et ses applications ont été un peu minimisés par des termes comme « effets mouf mouf pour pas cher » (???) ou « applications sexy qui font plaisir »… Cela a un peu terni le rôle de l’interface et de l’expérience utilisateur en entreprise… dommage. Mais il y a eu d’autres conférences, aussi présentées par des consultants Octo qui ont parfaitement exposé les bénéfices des interfaces en entreprise, ainsi que d’autres ateliers vraiment exceptionnels comme un workshop d’une heure et demi sur le Paper Prototyping. Excellente première journée pour ma première Université du SI. Vivement la suite demain !!!