Le top 10 des critiques sur Flash

24 04 2009

 

logo flash

Oh le sujet qui fâche… Je vais tenter de lister le top 10 des critiques que j’entends régulièrement sur la plate-forme Flash, ou que je constate en parcourant les forums. Cela sera l’occasion d’en discuter sur ce blog… Je vais tenter pour chaque critique de trouver des arguments pour défendre la plate-forme Flash. Go!

1. « Flash est un format propriétaire »

Oui… en effet. Difficile de contrer cette critique, Flash est un plug-in propriétaire même si la politique d’Adobe tend à l’ouverture. La machine virtuelle qui exécute le code AS3 est ouverte (projet Tamarin – MPL), le framework de développement Flex est ouvert, etc… La plate-forme Flash s’ouvre petit à petit, soyons patients. Ensuite, il est un peu simpliste de penser que tout le web est ouvert. Les machines virtuelles JavaScript des navigateurs ne sont pas toutes ouvertes, et pourtant on associe fortement une image d’open aux frameworks AJAX… C’est un sujet compliqué et souvent celui qui réveille le plus d’émotions.

2. « Flash n’est pas référençable »

C’est un sujet où Flash a énormément évolué depuis deux ans. De nombeux articles expliquent désormais comment rendre un site Flash référençable: http://www.adobe.com/devnet/flashplayer/articles/swf_searchability.html Adobe travaille étroitement avec Google et Yahoo sur les bots d’indexation d’applications Flash, et les frameworks évoluent pour simplifier la tâche du développeur (Deep-Linking depuis flex 3). Donc, même si cela demande de la structure et plus d’efforts de développement, un site Flash peut être référençable au même titre qu’un site HTML. 

3. « Flash n’est pas accessible »

Faux. Le framework Flex est encore une fois le plus avancé sur le sujet. Plus de 20 composants sont par défaut accessibles et la classe AS3 pour rendre accessible un composant personnalisé est ouverte. Adobe a signé un accord avec JAWS pour que les malvoyants puissent lire des applications Flash. C’est un sujet qui a toujours été pris au sérieux par Adobe.

4. « Flash est un plug-in. Mes utilisateurs ne vont pas l’installer »

En effet c’est un plug-in à rajouter au navigateur mais c’est le plug-in le plus diffusé sur le web. Adobe tient à jour des statistiques sur son site et affiche que 98% des navigateurs sont équipés du Flash Player en version récente. J’avais même rencontré des clients qui avaient constaté qu’ils avaient plus d’utilisateurs équipes du Flash Player 9, que d’utilisateurs équipés d’une version récente de navigateur internet (qui permet d’exécuter les composants AJAX de dernière génération). Une réelle contrainte reste qu’il faut les droits administrateurs pour installer Flash. Certains administrateurs réseaux en entreprise vous diront l’inverse: « heureusement, nous pouvons contrôler qui installe quoi! ». A ce sujet, un guide d’administration du Flash Player est en ligne ici.

 

5. « Flash n’est pas une plate-forme sur mobile »

Aujourd’hui Flash lite est présent sur plus d’un milliard mobiles. La version la plus avancée (la 3.1) gère tout le code AS2 plus la vidéo HD. Il faudra attendre la fin de l’année pour découvrir les premières version de Flash Player qui gère l’AS3 et le framework Flex sur mobiles… et sur l’iPhone aussi je pense. Flash sera incontournable sur le mobile en 2010.

 

6. « Flash consomme trop de ressources CPU et de mémoire »

Cela peut en effet arriver. Certaines applications Flash demandent beaucoup de ressources. Il faut tout de même à chaque fois comparer ce qui est comparable. Lorsque je fais tourner dans mon navigateur une application Flash comme Buzzword, il faudrait comparer objectivement l’utilisation des ressources avec une autre application de traitement de texte. De même, lorsque vous lancez la lecture d’une vidéo HD en plein écran, vous ne pouvez pas comparer cette expérience avec une simple page HTML. Pour finir sur ce sujet, cela va aussi malheureusement dépendre de la qualité du développeur. Des outils comme le Profiler de Flex Builder sont proposés pour l’aider à optimiser les performances.

7. « Flash n’est pas sécurisé et le player a trop de failles »

En effet, régulièrement des failles sont annoncées et corrigées par les équipes du Flash Player. Il n’y aura eu que trois grandes failles en 12 ans de vie du lecteur Flash. On pourrait s’amuser à comparer le nombre de failles de Flash à celui des failles dans les navigateurs web🙂 La sandbox du Flash Player est réputée très fiable, et parfois même trop sécurisée au goût des développeurs.

8. « Flash est pour gérer du multimédia, ce n’est pas une plate-forme pour des applications »

A l’origine, Flash a été créé pour rajouter de la vie au web grâce à des animations, puis de la lecture de vidéo, de son, puis de l’interactivité, des jeux… C’est toujours le gros de l’usage de Flash. Depuis l’explosion de Flex, de nombreuses applications d’entreprise tournent sur le plae-forme Flash, sur Internet comme sur les intranet. Je dirais même que 80% des applications Flex sont des applications métier internes. Des grands comptes français comme la MAAF, SANOFI, L’OREAL, ORANGE… utilisent massivement Flex pour le développement des interfaces riches de leurs applications métiers.

9. « Flash, les interfaces riches, l’ergonomie… ça ne sert à rien pour mes écrans »

Vaste sujet. C’est peut-être le point le plus difficile: Sensibiliser une entreprise à l’importance de l’expérience utilisateur. Pour un site de eCommerce, le retour business est évident… mais comment mesurer un ROI sur la refonte des interfaces d’une application de gestion? En fait, c’est le point essentiel de la RIA. Pendant trop longtemps, les interfaces étaient System-centric et les utilisateurs subissaient les écrans renvoyées par les applications. Cela entraine des formations sur les outils, des frustrations, de la perte de productivité, et surtout, cela peut aboutir à un échec pur et simple de l’application. Une étude Gartner rappelle qu’une mauvaise adoption des interfaces par les utilisateurs est la principale cause d’échec des applications informatiques… tout simplement parceque personne ne souhaite les utiliser, l’expérience est trop douloureuse, et l’application tombe dans l’abandon. Il faut toujours que l’utilisateur ressente la valeur ajoutée d’un service en ligne. L’approche proposée par la RIA et les interfaces riches est de revenir à un mode user-centric pour définir les interfaces… et s’occuper du système ensuite. La plate-forme Flash est positionnée en leader sur le marché des RIA, car Flash est le moteur d’exécution qui offre le plus de liberté graphique et un moteur de calcul puissant.

10. Point ouvert…

A vous de me dire s’il manque un point… Un oubli ?..


Actions

Information

19 responses

24 04 2009
fazermokeur

Je critique le manque de possibilité à gérer le flux du micro comme un Sound, récupérer un computeSpectrum, de le garder en mémoire pour enregistrer, et de le mémoriser en passant par air par exemple… Obligé de passer par un flash media server un peu lourd pour des petites applications…

24 04 2009
Yann IRBAH

J’ai un argument en faveur de flash. Flash n’appartient pas a Oracle. Blague a part je te rejoins complètement sur la plupart de tes arguments. Même sur les points ou les critiques sont fondées il est vrai que flash evolue rapidement et comble ses lacunes. Et pour ma part, pour la ria, entre ajax et flex le choix est vite fait.

24 04 2009
switcherdav

Salut,

Je te rejoins sur la plupart des points, en particulier dans le monde de l’entreprise où flash a, d’après moi, la plus grosse perspective de développement avec Flex

Sur ce dernier, j’aurais un bémol toutefois sur la jeunesse ou plutôt maturité de cette technologie, car bien qu’ancienne, l’engouement autour de Flex est récent et je trouve qu’il
manque des exemples de structures dans le code

La puissance de Flex est de pouvoir coder en MXML, exactement comme on décrit l’interface

Or, c’est comme si on pouvait coder du javascript avec des balises HTML, rapidement on mélange la couche présentation et le code et ça devient un sacré bazar

Il me tarde de trouver sur le site d’adobe des exemples d’organisation du code sur des applications conséquentes

Pourquoi ne pas proposer le code de ton application de déclaration de dégâts des eaux ou celle de déclaration de constat amiable auto ?

On a des écrans, des transitions animées, des échanges avec le serveur sur chaque étape mais également à la fin …

Aujourd’hui, avec Flex, j’ai l’impression de me retrouver à l’époque du flash avec du code sur tous les clips et l’utilisation abusive du _root

Une dernière question, sur le forum médiabox, j’ai lu que la version plug-in propose plus de fonctionnalité que la stand-alone ?!? tu confirmes ?

source :
http://flex.mediabox.fr/index.php?s=&showtopic=75356&view=findpost&p=494998

27 04 2009
Guillaume Grussenmeyer

J’ajouterais à cette liste l’impossibilité de gérer l’occurrence d’une erreur d’exécution de manière globale.
Cette feature request est ouverte depuis bientôt deux ans et celle ayant le plus de vote sur le JIRA du player : http://bugs.adobe.com/jira/browse/FP-444.

27 04 2009
Laurent

Merci pour cet article, j’adhère sur tous les points cités. Cependant, je dois batailler ferme pour argumenter le développement d’applications Flex au sein de mon entreprise. Je travaille en effet sur une plateforme de trading en ligne en Flex qui est concurrencée par une pateforme en Ajax avec les mêmes fonctionnalités. Et l’argument systématique en défaveur de Flash est sa caractéristique mono-threading à l’inverse d’Ajax qui permettrait le multi-threading (notez le conditionnel car je n’en suis pas convaincu). C’est un argument de choc à l’aire du multi-processor, technologie ne pouvant pas être pleinement exploitée par Flash… Comment contrer cet argument?

Autre sujet douloureux… l’iPhone. Tu sembles très optimiste quand à l’adoption du player Flash par Apple sur l’iPhone. Je connais même des sociétés qui misent leur futur business model là-dessus. Mais force est de constater que nous, développeurs, attendons toujours le green light d’Apple. Et rien n’est garanti dans ce sens malheureusement. A titre d’exemple, ne pouvant plus attendre plus longtemps, ma société à initié le développement d’une application sur iPhone en Objectif C plutôt qu’en Flash/Flex… quelle garantie Adobe peut nous fournir sur le futur du player Flash sur iPhone?

Quoiqu’il en soit, malgré ces deux commentaires, je reste un grand défenseur objectif de Flex face aux autres alternatives pour le développement de RIA. J’ai la net impression qu’Adobe mobilise une grande partie de ses ressources pour pérenniser Flash/Flex, je reste donc très confiant.

27 04 2009
Antoine

Je suis assez d’accord avec les problèmes que tu remontes et les évolutions favorables sur ces points.

Reste pour moi un problème dont tu ne traite pas ici : Actionscript 3.

Si le langage est bien meilleur que sa version 2, il reste un langage « batard », héritié d’AS2, compatible ECMA, orienté objet mais pas complétement (Quid du polymorphisme, par exemple ?) etc… Bien des défauts qui rendent son utilisation très pénible sur des applications conséquentes, malheureument.

Je sais bien qu’Adobe a proposé un draft ECMAScript 4 pour corriger ces problèmes, mais il n’a pas été accépté, et donc nous autres pauvres développeurs devont toujours nous taper les quelques horreurs du langage.

29 04 2009
Tek

Merci Michaël pour ce billet.

>Les machines virtuelles JavaScript des navigateurs ne sont pas toutes ouvertes
Génial, enfin quelqu’un qui a osé le dire !

Typos :
>Pour finir sur ce sujet, cela va aussi malheureusement dépendre de la qualité du développeur.
Du développement serait plus juste🙂

>8. “Flash est pour gérer du multimédia, ce n’est pas une plate-forme pour des applications”
“Flash est FAIT pour gérer du multimédia”

29 04 2009
Fran'

Sur l’accessibilité des contenus Flash, Denis Boudreau avait réalisé une bonne conférence à Paris Web 2007.
* Les slides : http://www.paris-web.fr/2007/archives/20071116/01-Denis_Boudreau/Accessibilite_des_contenus_PDF_et_Flash.htm
* la vidéo : http://videos.paris-web.fr/2007/

Une conférence riche d’enseignement…

30 04 2009
Cédric

Salut,

Merci pour le billet, je trouve tes remarques très pertinentes ! Pour ma part, étant sous linux, le seule problème que je constate est que le player semble gavé de fuite mémoire qui causent des segmentation fault et autre plantage de firefox😦 J’espère que cela s’améliorera dans les futures version😉

@++

5 05 2009
Yannick Lacaute

Salut,

Je suis d’accord avec tout ce qui a été dit, en tant que développeur Flex, je me permets d’insister sur les points ci-après qui me semblent être le TOP3 des inconvénients (en considérant que tout sera bientôt libre et vraiment accessible😉
– Flex est mono-thread (pas de séparation entre affichage et traitement ce qui, il faut le dire, est une abération, et le mono-thread couplé à l’asynchrone peut aussi devenir une contrainte très forte pour le développeur qui ne fait plus ce qu’il veut, et enfin couplé à une archi orientée événements comme Flex où on ne sait jamais qui à la main ça peut devenir compliqué…)
– le fait que la vm flash ne soit portable que sur 3 archis alors qu’elle existe depuis plus de 10 ans et qu’elle ne soit toujours pas disponible en 64 bits !! (et encore je suis gentil car sous Mac a priori c’est plutôt la cata et sous linux il reste toujours des bugs, seule la version Windows est excellente).

Sincèrement, la technique n’a pas l’air de bien suivre le marketing chez Adobe😛 Adobe parle maintenant de 3D, même si Flash 10 simule un environnement multi-threads, les perfs seront la pour rappeler qu’il s’agit bien d’une simulation… non ? En tout cas dommage que notre coururent gère le multithreads😦

Bon enfin sinon Flex c’est quand même du bonheur😉
@++

13 05 2009
Gularu

Moi je vois un inconvénient : AS 2 devenu AS 3🙂

Et oui, je passe d’un langage que je maîtrise à peu près à quelque chose de trop compliqué pour que je m’y plonge ^^

15 05 2009
ariel sommeria

Bonjour,
il faut bien comprendre que Flash est un plugin qui a ses limites, mais qu’il existe tout un tas de frameworks batis autour de ce plugin qui traitent des différents problèmes. Il y a Flex bien sur, mais aussi Haxe, Open Laslzo et pour certains des points silex (silex-ria.org). Par contre il reste des bugs ouverts depuis longtemps que tous les frameworks du monde ne vont pas résoudre, je pense par exemple aux problèmes de wmode ou le fait que Flash devient complètement imprévisible après une exception qu’oin ne peut pas rattraper. Donc Flash a beau être ancien, il a encore des problèmes de jeunesse!
Ariel

18 05 2009
switcherdav

ça se transforme en forum cette news, faut dire qu’il y a matière à discussion

Personnellement, si j’utilise Flash et Flex c’est pour les possibilités offertes de soit dessiner complètement ses interfaces (flash), soit de disposer d’un ensemble riche de composants (flex) le tout animé par l’AS3 qui est un langage vraiment sympa, une fois passé la panique pour ceux qui codaient en AS1 et 2

Si je devais faire un reproche, c’est qu’on a du mal à voir la stratégie d’Adobe sur ses produits, j’ai entendu parler d’un flash builder, flex 4 envisageait de revoir certaines balises …

Ok, ça reste du business, mais bon, les entreprises ne vont pas courir après les dernières versions éternellement

Et si un jour, on voit un environnement de développement alternatif (javascript ?) aussi pratique que Flex, la course à la nouveauté pourrait être fatale à Adobe

18 05 2009
michael chaize

Pour la stratégie Adobe, ce n’est pas basé sur la course aux nouveautés🙂 Mais sur comment rendre plus productifs les environnements de design et de développement de RIA.
Si Flex4 évolue avec de nouvelles balises, c’est pour permettre à des outils comme Catalyst de voir le jour, et d’améliorer le workflow de conception et de développement de RIA.
Nous en débaterons à la conférence du 3 Juin, j’espère que tu pourras y participer.

21 05 2009
CC

Bonjour
J’ajouterais :
– la gestion du back forward
– Comment analyser la fréquentation ? Regénérer des access.logs ???
– La gestion des erreurs et les signaler au serveur pour log

28 05 2009
keeg

J’utilise Flash presque quotidienne dans mon boulot et mes études. Et honnêtement, Flash n’évolue pas assez à mon gout, n’ont pas en terme de possibilité (quoi que, a quand de la vraie 3D directement intégrée ?) mais d’adaptabilité.

Deux exemples :
– Pour le référencement, même si ça avance, c’est long est pas très efficace. Ca fait des années qu’on en parle, et les sites internet sont toujours très durs à référencer.
– Pour des sites dit « complexes », Flash ne simplifie pas le problème, bien au contraire.

Pour un site vitrine, oui (çà peut se discuter). Pour un jeu, oui. Pour des modules, oui. Pour le reste, pour l’instant on repassera.

6 06 2009
8 10 2009
J’aime le flash « Me, Myself And I

[…] exhaustive des qualités et des critiques de Flash. Pour cela, je préfère faire un lien vers le billet de Michael Chaize, qui fait ça très bien. Je vais me contenter de préciser ce que moi je […]

14 04 2010
10 des critiques sur Flash et conversations « NoDesign: l'objet est l'interface.

[…] Cet article réponds au 10 questions que l’on se pose le plus souvent sur Flash. Intéressant et didactique. Mais ce lien est surtout l’opportunité de pointer une démarche contemporaine de mise en place de conversations avec des utilisateurs par une entreprise. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :